ORIGINES D'ASNIÈRES

Origine du toponyme :

Asnières [anjɛːʁ] est un toponyme français avec une origine commune aux différents Asnières : « latin de Caton l'Ancien molae asinariae, toujours au pluriel, « moulin mû par un âne », c'est le gros moulin, par opposition au petit moulin à bras, molae trusatiles ».

Cependant, les Asnières ne sont pas mentionnés avec le mot molae et remontent à une forme *Asinarias, basée sur le nom latin de l'âne asinus, suivi du suffixe -arias > -ières, qui lui confère le sens global d'« élevage d'ânes ». Par ailleurs, ce type toponymique propre aux régions de langue d’oïl va dans le sens d'un appellatif créé spécifiquement en gallo-roman septentrional, voire directement en langue d’oïl, de asne « âne » + suffixe -ière + -s locatif.

 

Un peu d'histoire :

On a retrouvé au xixe siècle au Maine Brun des vestiges d'une villa gallo-romaine, située non loin du Chemin des Anglais, ainsi que d'autres vestiges antiques.

Le Fossé au Comte était un retranchement construit par les comtes d'Angoulême avant le ixe siècle pour tenter de se protéger contre les invasions normandes. Ce fossé long de 20 km reliait la Charente en amont d'Angoulême à la Charente en aval, et allait du nord-est au sud-ouest de Montignac à Vibrac par Douzat. Il passait en limite nord-ouest de la commune (Bois de Neuillac, Boursandreau). Quelques chemins et toponymes demeurent.

Au Moyen Âge, la paroisse appartenait au chapitre cathédral d'Angoulême, puis a été divisée en fiefs, mais les chanoines conservèrent jusqu'en 1789 le droit de justice.

Au bourg même d'Asnières se trouvait un logis où les seigneurs prirent le titre de marquis d'Asnières. Une grande partie de la paroisse dépendait de ce fief. La famille de La Terrière a par la suite remplacé les seigneurs d'Asnières qui ont quitté le pays mais ont conservé leur titre.

À Neuillac s'élevait un château féodal, détruit pendant les guerres de religion et remplacé au XVIIe siècle par le logis actuel.

La terre et le château de Nouère ont appartenu jusqu'en 1867 à la famille Nadault, originaire du Limousin. Cette famille prit le nom de Nadault de Nouère en la personne de François de Nadault, conseiller du roi et maire d'Angoulême en 1679. Elle acquit aussi le logis de Neuillac.

Plus récemment, en 2013, lors des  travaux de réalisation de la LGV, on a découvert, au plantier "le Buget" un village oublié datant du XVIII ème siècle.

DSC_0001-7.JPG
DSC_0013-2.JPG